Aller au contenu principal
logo
alert
Alerte

Suite à la cyberattaque dont la Région Normandie a été victime, ce site internet a été mis en place de façon provisoire. Celui-ci ne bénéficie pas des dernières mises à jours. Veuillez nous en excuser.

En savoir plus

Tribunes des groupes politiques

  • clock

Cet espace est dédié à l'expression libre des groupes politiques siégeant au sein de l'assemblée régionale. 

La Normandie Conquérante avec Hervé Morin

Assemblée plénière du 12 décembre 2022

Cette dernière séance plénière de l’année est traditionnellement consacrée aux questions budgétaires. Le budget primitif et prévisionnel pour l’année à venir est un acte important et essentiel au bon fonctionnement de notre collectivité.

Le point fort de ce budget est de pouvoir investir massivement malgré les prévisions. Il est offensif, en augmentation de 151 millions d’euros, et atteint, pour la première fois, 2,2 milliards d’euros. 

Il se prépare aussi aux conséquences de la crise énergétique. Il absorbe premièrement la totalité des chocs subis, soit plus de 85 millions d’euros de dépenses de fonctionnement supplémentaires dont la moitié correspond à la hausse du coût de l’énergie. Il maintient, deuxièmement, notre effort sur les compétences socles de notre collectivité et porte nos dépenses d’investissement à hauteur de 860 millions d’euros. Sa dynamique est majoritairement orientée sur l’économie, le ferroviaire, les lycées et la formation, la Recherche,...

La Région a réussi, ici, en Normandie, à mettre en place un écosystème extrêmement favorable car nous considérons que le développement économique et durable peuvent se concilier : 27 500 aides pour plus de 660 millions d’euros ont été déployées sous la précédente mandature sur ce même territoire. Ainsi, la Région Normandie veille à toujours apporter son soutien aux entreprises en les accompagnant sous de multiples formes avec l’aide de dispositifs pragmatiques, pour qu’elles puissent toujours s’adapter à la vie de l’économie.

Ce budget volontaire poursuit son ambition au développement de notre territoire en confortant les mobilités et notamment le ferroviaire. Le Plan Marshall et les 67 trains mis à la disposition des usagers ont permis de le moderniser grâce à des investissements puissants. 

L’effort massif entrepris pour les Lycées ainsi que pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche est aussi poursuivi. 

En résumé, ce budget permet d’être toujours aussi réactif pour anticiper les perspectives de dégradation de la conjoncture. Il rend possible la hausse du programme d’investissement, grâce à la très bonne situation financière de notre collectivité. 

Il témoigne que la Région Normandie est un modèle d’ambition car elle est au rendez-vous du développement de notre territoire. Notre préoccupation constante sera de cultiver nos points forts pour réduire nos faiblesses. 

Au-delà de mesures souvent contraintes par l’actualité, nous avons eu au cours de cette séance plénière l’occasion de nous prononcer sur l’adoption de deux schémas régionaux : le SRDEEII et le SRESRI. Bien qu’ils répondent à des impératifs légaux, ils fixent pour nous une feuille de route en matière de développement économique, d’Enseignement Supérieur, de Recherche et d’Innovation pour cette mandature. 

Malgré la cyber-attaque que tous les services de la Région subissent actuellement, les agents comme les élus resteront plus que jamais mobilisés au service des normands.

Normandie Ecologie

Assemblée plénière du 12 décembre 2022

Budget 2023 : une année de perdue aux dépens des Normand.e.s

Lundi 12 décembre, la majorité d’Hervé Morin a adopté un budget 2023 en tous points identique à celui
de 2022, comme si le contexte social, énergétique et économique n’avait pas changé.


Nous avions déjà alerté sur les choix de l’exécutif lors du débat d' orientation budgétaire d’octobre. À
l’occasion du vote du budget, nous avons donc proposé une série d’amendements qui auraient permis à
la Région d’engager une réelle transition écologique et de soutenir les acteurs économiques et les
ménages normands dans la période de crise que nous connaissons, en déployant un bouclier écologique,
social et économique :


Bouclier écologique


- Engager des plans de développement des énergies renouvelables : solaire photovoltaïque, éolien
terrestre et offshore et réseaux de chaleur. Pour structurer les filières, travailler avec les collectivités,
mobiliser du foncier et soutenir les projets.


- Mettre en place les conditions pour atteindre l’objectif zéro artificialisation nette (ZAN) : création d’un
fonds de compensation, fin du soutien aux projets ne respectant pas les principes du ZAN, augmentation
des moyens consacrés à la mobilisation et à la réhabilitation des friches.


- Mettre fin aux investissements dans les projets routiers inutiles et polluants pour réorienter les fonds
vers l’entretien et le développement du réseau ferroviaire.


Bouclier social


- Augmenter les moyens consacrés à la rénovation des logements : face à l’inflation, aux tensions sur le
marché de l’énergie et aux étés de plus en plus chauds, rénover efficacement les 217 000 passoires
thermiques de la région devrait constituer une priorité absolue.


- Créer un fonds régional de solidarité aux familles (FRSF) des lycéen.ne.s normand.e.s afin que la baisse
du pouvoir d’achat n’empêche pas les familles de subvenir aux besoins des enfants et d’accompagner
leur parcours scolaire.


- Mettre en place la gratuité des transports régionaux pour les moins de 26 ans en formation ou en
insertion professionnelle : faciliter leurs déplacements est en effet indispensable pour la poursuite de
leurs études et la réussite de leur insertion professionnelle.


Bouclier économique


- Augmenter les moyens alloués au développement de l’économie sociale et solidaire (ESS) : malgré la
nouvelle Stratégie régionale de l' ESS et les engagements inscrits dans celle-ci, le budget destiné aux
entreprises de l’ESS est en baisse.


- Mettre en place un plan d’attractivité des métiers liés aux énergies renouvelables afin de répondre aux
besoins de main d' œuvre et de compétences dans le cadre de la transition énergétique.


Toutes ces propositions ont été rejetées par un exécutif soucieux de raccourcir les débats et qui ne
considère la crise économique et énergétique qu’au regard des coûts pour la collectivité. Le budget 2023
lui permettra de poursuivre une trajectoire de plus en plus inadaptée pour répondre aux urgences du
moment et aux défis écologiques, sociaux et économiques de notre époque.

Pour le groupe Normandie Écologie, Rudy L’Orphelin et Laetitia Sanchez

Normandie Terre d'Avenir

Assemblée plénière du 12 décembre 2022

Ce lundi 12 décembre, l’Assemblée plénière du Conseil régional de Normandie s’est réunie une dernière fois avant la fin de l’année 2022. Au programme : le budget de l’année 2023.

Comme l’année passée, le groupe Normandie Terre d’Avenir a voté le budget présenté par la majorité régionale. Cette décision repose sur plusieurs critères :

Ce budget est-il sain ? Oui, avec un maintien de notre épargne à un niveau très élevé (226 millions d’euros), une hausse de l’investissement prévisionnel et une capacité de désendettement maintenue à un seuil très raisonnable.

Ce budget maintient-il un haut niveau d’engagement financier en faveur de nos compétences prioritaires ? Oui, avec un engagement soutenu et maintenu en faveur de nos lycées, de la formation, du ferroviaire ET du routier, de l’agriculture, du soutien aux entreprises …

Néanmoins, le groupe tient à souligner combien les choix récents de l’Etat et des Gouvernements successifs depuis 6 ans, sont favorables à nos finances régionales et au service public de qualité que nous rendons. L’exécutif régional ne doit pas l’oublier.

Nous serons vigilants car la situation économique est particulièrement instable et certains de nos ratios sont à surveiller de près. A commencer par notre endettement qui, si il reste à ce stade soutenable, augmente de plus de 50% en un seul exercice !

Aussi, nous soulignons l’indifférence de la majorité régionale vis-à-vis des difficultés du pouvoir d’achat que subissent les Normands et Normandes. Augmenter aussi fortement les tarifs des trains alors même que les améliorations de service légitimement et longuement attendues sont encore loin d’être totalement acquises, c’est un mauvais message envoyé à nos concitoyens usagers du train !

Plus globalement nous pensons que dans de nombreux secteurs, à la fois au cœur de compétences mais aussi au cœur des préoccupations de nos concitoyens, notre institution régionale n’est pas assez proactive pour accompagner et soulager les difficultés quotidiennes de nos habitants.

Nous votons donc ce budget, mais ce n’est pas un chèque en blanc, bien au contraire. C’est un vote de responsabilité et de vigilance.

Notre Président de groupe, Laurent Bonnaterre, s’est également exprimé à l’ouverture de la séance pour souligner l’importance qui doit être accordée à l’éducation, la formation et  l’apprentissage alors que nos entreprises, nos artisans et même nos collectivités peinent à recruter des collaborateurs formés. Notre Région est un formidable outil et un levier indispensable pour cela, mais elle ne peut agir seule et notre travail partenarial doit être, en permanence, approfondi et développé.

Il a également abordé la question énergétique, grand défi pour l’hiver qui arrive, en rappelant la position des élus progressistes de Normandie Terre d’Avenir : nous militons pour un mix énergétique complet, sans exclusivité, dont le pilier central doit être l’énergie nucléaire et la perspective d’accroissement la plus rapide possible des énergies renouvelables.

Rassemblement national : faire gagner la Normandie

Assemblée plénière du 12 décembre 2022

Pas de tribune

Reconquête

Assemblée plénière du 12 décembre 2022

Il y a bientôt 18 mois, Hervé Morin et sa majorité centriste ont été reconduits à la tête de la Région Normandie. Pendant la campagne électorale, ils avaient fait mine de prendre en compte la question pourtant fondamentale de la sécurité des Normands. Et depuis, plus rien ! Sans sécurité, il ne peut pourtant y avoir ni qualité de vie, ni attractivité économique des territoires. La délinquance et la criminalité frappent durement les grandes agglomérations normandes comme Rouen, Caen ou Le Havre, et n’épargnent plus désormais les zones rurales où les agressions et les cambriolages sont en hausse continue.

Comment est-il possible qu’une grande collectivité régionale, disposant de près de 3 milliards d’euros de budget annuel, ne consacre pas un centime à la sécurité des Normands, pas même dans les domaines de compétence directe du Conseil régional (sécurité dans les trains et les gares, dans les lycées ou à leurs abords, etc.) ? Comment accepter que le Conseil régional, qui saupoudre de millions d’euros de subventions des associations dont l’action ne relève pas toujours de l’intérêt général, se montre incapable de financer par exemple les équipements nécessaires au développement des polices municipales ?

Lors des dernières réunions plénières de l’assemblée régionale, le groupe des élus Reconquête! a défendu avec fermeté les intérêts des Normands face à la fuite en avant et aux artifices de communication de la majorité. Ainsi, nous nous sommes résolument opposés à la prolifération d’éoliennes terrestres et au large de nos côtes. Il s’agit d’une énergie coûteuse, intermittente, qui saccage nos paysages, artificialise nos sols et nuit à l’attractivité touristique de la Normandie.

De même, nous plaidons pour un rééquilibrage des investissements en faveur de la ruralité normande : il faut en finir avec des dépenses concentrées dans les grandes villes, là où c’est le plus visible et où la communication est aisée. Pendant ce temps-là, nos campagnes normandes meurent de l’enclavement, du manque de dessertes ferroviaires, du déficit de couverture en haut débit et de centre-bourgs qui voient leurs commerces de proximité disparaître un à un.

Cela fait plus de 7 ans maintenant que l’achat de rames neuves tient lieu de politique ferroviaire à Hervé Morin. Des centaines de millions d’euros ont donc été mobilisés pour acheter des trains neufs desservant les lignes entre Paris et la Normandie. Mais la régionalisation des lignes normandes était une fausse bonne idée puisqu’elle a abouti à organiser le désengagement de l’État et la SNCF qui n’investissent pas dans nos infrastructures ferroviaires pour rénover les lignes existantes ou en construire de nouvelles. Résultat : des aléas techniques incessants et des temps de trajet dignes du Moyen-Âge !

En 2023, vous pourrez une fois de plus compter sur vos élus du groupe Reconquête pour défendre au mieux vos intérêts en Normandie !

Les élus Reconquête! au Conseil régional de Normandie.
Nicolas BAY, Eve FROGER, Claire-Emmanuelle GAUER, Alexandra PIEL

La gauche normande

Assemblée plénière du 12 décembre 2022

« Train, Écologie : le Budget illustre les insuffisances de l’action régionale


Limité par le peu de considération du président de Région pour l’exercice démocratique, le débat budgétaire nous a néanmoins permis d’exposer une vision différente de la politique régionale. Marie Le Vern s’est alors exprimée au nom de notre groupe.

Dans un contexte financier très incertain, le budget régional présente un risque certain de dérapage à l’horizon de la fin de mandat. Si l’encours de dette est jusqu’à présent resté raisonnable et l’épargne brute relativement stable, le choix de poursuivre des dépenses élevées dans un contexte où la dynamique de ses recettes pourrait être moins forte que sur la période précédente fait craindre pour l’avenir. L’encours de la dette devrait se creuser fortement d’ici à 2027 dégradant, par là même, la capacité de désendettement de la collectivité et les capacités d’action futures de la Région Normandie.

Les frais de fonctionnement liés aux transports grèvent le budget régional et s’élèvent à 390M€ pour 2023. Lors du transfert des lignes Intercités vers la Région, Hervé Morin a récupéré l’ensemble des coûts de fonctionnement de ces lignes. Alors que la convention doit prochainement être renouvelée avec la SNCF, comment la droite régionale entend-elle garantir un maintien du niveau de service aux usagers, alors que celui-ci est déjà très dégradé non seulement par les retards et défaillances constatées mais également par la décision de retirer de nombreux trains de la circulation ?

La Région continue aussi de financer des programmes en dehors de son territoire, en lieu et place de l’État et d’autres collectivités régionales : « saut-de-mouton » à Mantes-la-Jolie, plate-forme à Orléans etc. Un engagement ferroviaire plus important est possible si la Région fait des choix d’investissement moins dispersés sur des domaines qui ne sont pas au cœur de ses compétences, comme sur le financement du routier en Normandie ! Au global, en matière ferroviaire, il faut tout revoir ! Nous proposons que soit organisées très prochainement des « Assises du Ferroviaire Normand » avec l’ensemble des acteurs engagés.

Enfin, nous regrettons le choix de la majorité régionale de ne pas présenter de « budget vert » lors de cet exercice. Ce budget vert, réalisé par l’État depuis le Projet de loi finances 2020 et par de nombreuses collectivités y compris régionales (Bretagne, Occitanie, Grand Est etc.) consiste en une évaluation environnementale des politiques votées. Il participe concrètement à la réduction les externalités négatives des politiques publiques. Un tel refus illustre bien le manque d’engagement du Président de Région en faveur de la transition écologique.

La Région Normandie a les moyens de changer le quotidien des Normandes et des Normands : elle peut améliorer la vie et préserver le vivant en s’engageant pleinement dans la transition écologique. L’orientation actuelle des politiques régionales n’est pas en phase avec les défis d’aujourd’hui et de demain : engageons la réorientation ! » 

Évaluer cette page :

L’avis des internautes :

logo